Les chasseurs de têtes lancent leur fédération – L’essentiel

topelement

                                                                                                                                                                                Environ 80 cabinets de recrutement sont implantés au Luxembourg.
                                                                                                                                                                                                                                       Mais la plupart sont de petite taille. (photo: Illustration)

 

LUXEMBOURG – Les cabinets de recrutement vont définir une charte éthique.

Et davantage collaborer avec les institutions publiques dont l’Adem.

Qu’elle fascine ou qu’elle exaspère, la profession de chasseur de têtes a de beaux jours devant elle au Luxembourg, dans une économie où on recherche toujours plus de profils spécialisés. «Le cœur de notre activité consiste à placer des managers d’un certain niveau dans une société pour qu’il évolue en son sein. Mais le métier n’est pas assez cadré», regrette Agnieszka Zajac, une des fondatrices de la future Fédération du recrutement permanent du Luxembourg.

L’entité se créera officiellement jeudi prochain au sein de la Fedil (Business Federation Luxembourg). «Il est nécessaire de démystifier la profession. Beaucoup d’entreprises ou de candidats ont une anecdote sur une mauvaise expérience rencontrée avec un cabinet de recrutement. Pour tenter de satisfaire un client, certains n’hésitent pas à forcer le destin en envoyant le CV d’une personne qui n’est même pas candidate», illustre Laurent Chapelle, general manager dans un cabinet de recrutement.

Renforcer les liens

Pour éviter ces dérives, la fédération compte instaurer une charte. Environ 80 cabinets de recrutement sont implantés au Luxembourg. Mais la plupart sont de petite taille.

L’autre objectif de cette fédération consiste à renforcer les liens avec les institutions publiques, l’Administration de l’emploi en tête. «Nous aurons accès à davantage de candidats, et de nouveaux postes seront déclarés», détaille Laurent Chapelle. Une stratégie validée par l’Adem, qui a indiqué «soutenir l’initiative».

(Thomas Holzer/L’essentiel)

Source

Retour haut de page